Le Président du Faso à ses compatriotes vivant en Côte d’Ivoire (lors du Sommet sur le Traité d'Amitié et de Coopération à Yamoussoukro) : le vote des Burkinabè de la diaspora est un devoir, une obligation.

Le Président du Faso S.E.M. Roch Marc Christian KABORE a rencontré la communauté burkinabè vivant en Côte d’Ivoire le 28 juillet 2016, en marge de la tenue de la Cinquième Session du Sommet du Traité d'Amitié et de Coopération entre nos deux pays.

A cette rencontre avec le chef de l’Etat dans une salle archi-comble, après le mot de bienvenue de l’Ambassadeur du Burkina Faso, ce sont les représentants des juridictions consulaires qui ont pris la parole. Ils ont tous, au nom de leurs compatriotes, remercié le Président du Faso pour avoir accepté rencontrer les Burkinabè dès son arrivée malgré un calendrier très chargé.

Les Burkinabè de Côte d’Ivoire, par la voix de leurs représentants ont tous apprécié la tenue de ce sommet qui va relancer le Traité d’Amitié et de Coopération entre les deux pays « condamnés » à vivre ensemble de par l’histoire et la géographie.

Profitant de l’opportunité qui leur était offerte, les compatriotes burkinabè ont évoqué directement leurs préoccupations. La diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire rencontre en effet, beaucoup de difficultés, généralement liées au foncier. A côté de ce problème majeur, il y a aussi d’autres préoccupations non moins importantes : il s’agit entre autres des problèmes liés à l’obtention des actes administratifs et leur coût jugé élevé, telles que les cartes consulaires, l’ouverture de consulats dans certaines régions de la Côte d’Ivoire, le problème des déplacés du mont Péko qui ont besoin d’assistance médicale et psychologique et surtout du vote des Burkinabè de l’extérieur en 2020.

Avant de donner des éléments de réponses relatives aux préoccupations de ses compatriotes, le Président du Faso les a d’abord remerciés pour l’accueil qu’ils lui ont réservé à son arrivée en terre ivoirienne, accueil chaleureux qui témoigne de l’intérêt qu’ils ont pour leur pays.

Le Président Roch Marc Christian KABORE a dès l’entame de ses propos rassuré les Burkinabè de Côte d’Ivoire sur leur préoccupation majeure qui est le droit de vote en 2020. « Le vote des Burkinabè de la diaspora est un devoir, une obligation », a dit le chef de l’Etat. Roch Marc Christian KABORE trouve anormal qu’une promesse faite depuis 2010 sur le vote des Burkinabè de l’extérieur ne soit pas concrétisée jusqu’à nos jours. Toutes les dispositions sont en train d’être prises pour rendre effectif ce droit en 2020.

Sur le plan politique, le Président du Faso a informé ses compatriotes de la Côte d’Ivoire, de la mise en place d’une Commission constitutionnelle qui doit permettre de passer à une Vè République. Il a également fait part de la mise en place du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité nationale (HCRUN) qui doit travailler sur 5000 dossiers de 1960 à nos jours afin de réparer les torts et réconcilier les Burkinabè. Le chef de l’Etat a aussi évoqué tous les dossiers de justice en cours d’instruction dont celui du putsch manqué et de l’insurrection populaire et son souhait est que ces différents dossiers soient jugés avant la fin de l’année. Toujours sur le plan politique, le Président du Faso a fait cas des élections municipales qui viennent de se tenir et qui doivent parachever le processus électoral enclenché depuis les élections couplées présidentielle et législatives du 29 novembre 2015.

Sur le plan de la relance économique, le Président KABORE a fait part du paiement de la dette intérieure et de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Selon le Président du Faso, ce programme va permettre de concrétiser les engagements qu’il a pris avec les Burkinabè pour bâtir une société de justice sociale et de bien-être.

Répondant aux préoccupations relatives au foncier et aux déguerpis du mont Péko, le chef de l’Etat a promis que tous ces sujets sont inscrits à l’ordre du jour de ce sommet et feront l’objet d’un traitement bipartite.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur, Monsieur Alpha BARRY a rassuré les Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire sur leurs préoccupations relatives à l’ouverture de consulats dans d’autres régions de leur pays hôte. Aussi, a-t-il annoncé, l’ouverture d’un consulat général à Soubré, en lieu et place du consulat honoraire.

A l’issue de la rencontre, le chef de l’Etat a invité ses compatriotes à toujours être des ambassadeurs du Burkina Faso dans leur pays d’accueil et toujours véhiculer des valeurs de solidarité, d’honnêteté, de travail, de discipline qui ont toujours caractérisé les Burkinabè. « Les Burkinabè ont toujours été reconnus comme d’honnêtes travailleurs, sérieux et respectueux des lois de leur pays d’accueil. Je vous invite à toujours garder en vous ces valeurs qui vous ont toujours caractérisés », a adressé à ses compatriotes, le Président Roch Marc Christian KABORE dans son mot de clôture.

in www.presidence.bf