Portrait de Cléophas Adrien DIOMA, d'origine burkinabè et agent du ministère italien des Affaires étrangères

Immigré burkinabè résidant en Italie, c'est un formateur, écrivain-journaliste, directeur et co-fondateur du Festival OttobreAfricano (www.ottobreafricano.org), président du comité d’organisation du RomAfrica Film Festival (RAFF - http:// www.romafricafilmfest.com).

Depuis Avril 2015, il est Membre du Conseil National pour la Coopération au Développement au Ministère italien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, coordinateur du groupe “Migration et Développement”. Travaillant dans le monde de la communication et de la formation depuis 2002, il a collaboré avec plusieurs revues et journaux italiens (Internazionale, SolidarietaInternazionale, Repubblica delle donne...). 
Son expertise en communication, médiation culturelle, formation et organisation d’événements culturels, de conférence sur la coopération internationale et sur le rôle des immigrés dans la société italienne a amené le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale du gouvernement Italien à le choisir comme seul représentant de la diaspora dans le Conseil National pour la Coopération Internationale crée en 2015. Il coordonne le groupe “Migration et Développement".

Il est appelé dans toute l’Italie pour tenir des conférences sur l’immigration, la coopération internationale, l’Afrique. Il réside depuis 2014 à Rome, la capitale de l’Italie, pour la création d’une plateforme en collaboration avec les ambassades africaines à Rome, les ministères des Affaires Etrangères, de la Culture et de l’Economie italiens qui permettrait de mieux présenter les pays africains et par conséquent accompagner les entreprises et les administrations africaines et italiennes dans la mise en œuvre de leurs projets stratégiques en Afrique et en Italie.

Pour lui, l’Etat burkinabè devrait avoir un meilleur regard sur sa forte communauté en Italie. Non seulement c’est une des communautés les plus appréciées mais elle est aussi assez organisée et fait beaucoup pour le pays. Il suffirait d’aller dans la zone du Boulgou pour voir les œuvres de cette communauté : écoles, lycées, dispensaires, etc. Beaucoup de réalisations ont été faites par la diaspora burkinabè. Ils ont donc besoin d’une présence forte et d’un accompagnent du ministère de tutelle: le ministère des affaires étrangères, de notre ambassade et de nos consulats établis en Italie.

Le vendredi 10 mars 2017, j'ai eu l'occasion de m'entretenir avec lui à Ouagadougou et nous avons en commun de solides projets pour notre pays. Tout cela demande l'accompagnement de l'administration burkinabè. Il m'a annoncé sa participation au prochain Forum sur la Migration et le Développement les 6 et 7 avril prochain à Ouagadougou, sous le thème: '' DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DU BURKINA FASO : QUELLES CONTRIBUTIONS DE LA DIASPORA ? ''


Par GUIGUENDE Moumini