Diaspora : Un consortium pour la promotion économique

Le consortium des entrepreneurs de la diaspora pour la promotion économique et commerciale du Burkina Faso (CEDIAPEC) a été créé à l’initiative d’entrepreneurs Burkinabè en Amérique, Europe et Afrique. Il a été mis en place le 26 août 2016 à New York aux Etats Unis d’Amérique au cours d’une assemblée générale constitutive. Lesaffairesbf a rencontré le président du CEDIAPEC, Georges Yamba Kaboré, et le point focal au Burkina Faso, Rasmané Ganemtoré, ancien protocole d’Etat à la retraite, ce lundi 27 mars 2017 à Ouagadougou pour découvrir le fonctionnement de cette structure.

Burkina24 (B24): Qui est Georges Yamba Kaboré ?

Georges Yamba Kaboré (GYK): Je suis retraité des Nations Unies. J’étais fonctionnaire international à New York aux USA et par le monde. J’étais en Afghanistan, en Tanzanie, en Irak, en Syrie, le Cambodge, le Japon, etc. J’ai pris ma retraite en 2004 et je fais la consultance pour garder intellectuellement la forme. Je m’occupe également des activités associatives avec les jeunes à New York.

B24: D’où est venue l’idée de la mise en place du consortium ?

GYK: J’ai été approché par des jeunes en fin 2015-2016 pour les aider à mettre sur pied le consortium des entrepreneurs de la diaspora pour la promotion économique et commerciale du Burkina Faso (CEDIAPEC). La structure a vu le jour le 26 août 2016. Ce sont les jeunes de New York qui sont les initiateurs et moi je suis le président pour l’instant pour les aider à le consolider.

B24: Quels sont les objectifs recherchés par CEDIAPEC ?

GYK: Le CEDIAPEC ce veut être le représentant des entrepreneurs de la diaspora. Unir, unifier,  rassembler autour d’un concept commun et une idée commune. Ensuite  être l’intermédiaire entre les entrepreneurs de la diaspora et les hommes d’affaires burkinabè  qui veulent faire des affaires au niveau international. Nous faisions de l’intermédiation avec la représentation  de nos entreprises au niveau de la recherche de marché, de financement, de négociation commerciale avec le monde des affaires et l’Etat Burkinabè.

Nous sommes en train de chercher un terrain pour construire une « maison de l’entrepreneur de la diaspora » à Ouagadougou qui comprendra un hôtel, des entrepôts pour faciliter le retour des entrepreneurs de la diaspora qui veulent se réinstaller au niveau du Burkina Faso.

Aussi nous voulons gérer une mutuelle, pour avoir une assise financière solide pour aider les entreprises membres CEDIAPEC et les jeunes entrepreneurs qui arrivent à New York à se lancer dans les affaires. A New York, ce qui marche c’est les affaires. « On peut avoir un emploi temporaire pour créer un fonds, mais on ne peut pas passer son temps à être employé ».

Au Burkina Faso le CEDIAPEC compte « adopter » une école par an. C’est-à-dire prendre en charge l’école durant une année. Egalement « adopter » un village et apporter tout le nécessaire comme un point d’eau, l’électrification, etc. Ce que nous faisions, c’est l’intermédiation, l’assistance et le domaine social.

B24: Comment comptez-vous financer toutes ses activités ?

GYK: Nous commençons par la mise sur pied de la mutuelle avec la cotisation des membres. Notre ambition est de réunir cette année la somme de 50 millions  de FCFA. Nous avons beaucoup de structures financières qui veulent nous épauler comme Coris Bank, la Banque mondiale, etc. En réalité, l’argent n’est pas souvent le plus gros des problèmes, c’est plutôt l’organisation. Quand on est bien organisé, « l’argent ça se ramasse à la pelle ».

Pour le moment, nos finances proviennent uniquement que des cotisations des membres mais nous pensons élargir nos bases de financement avec l’idée de la mutuelle et des Organisations internationales. Nous avons des entreprises membres qui opèrent au Burkina Faso, dans la construction, dans l’électricité, dans le solaire, construction des routes, etc.

B24: Quels sont les pays concernés par le CEDIAPEC?

GYK: Le CEDIAPEC est représenté en Afrique par le Mali, le Burkina Faso, la Guinée, le Sénégal, le Ghana, etc. En Asie représenté par la Chine, le Qatar et en Europe par l’Allemagne, l’Angleterre, la France, et aux USA par  le Canada, etc. On se répand rapidement et on est dans tous les domaines.

C’est un consortium c’est-à-dire que c’est une réunion d’entreprises qui a chacune son mode de financement. Cela va de tous les domaines, de la restauration, au bâtiment, aux télécommunications, import-exports, transports, manutentions, etc. Il y a plusieurs entreprises dans tous les domaines qui existaient avant le CEDIAPEC et qui sont des membres fondateurs du consortium.

B24: Quelles sont les conditions pour une entreprise pour devenir membre du CEDIAPEC ?

GYK: Pour l’instant, c’est une demande que le comité exécutif examine avant toute décision. Aussi, ce comité tient compte de l’assise financière de l’entreprise, une enquête de moralité pour vérifier l’aspect morale et éthique de l’entrepreneur, etc.

Le critère N°1, il faut que ça soit une entreprise burkinabè gérée par un Burkinabè. Notre site web est presque prêt et contiendra un formulaire et les conditions d’adhésion pour toutes entreprises.

B24: Aujourd’hui, combien de membres compte le CEDIAPEC ?

GYK: On a 2 au Soudan, 3 en Guinée, 5 en Côte d’Ivoire, 2 au Ghana, 1 au Qatar, Emirats Arabes 3, etc. En gros, une cinquantaine de membres avec les Etats Unis en moins d’une année de fonctionnement. Je sais qu’avant la fin de 2017, on atteindra les 100 entrepreneurs membres du CEDIAPEC. Pour l’instant, les activités sont centrées sur New York et New Jersey.

B24: Quels sont vos projets à moyen et long terme ?

GYK: Au niveau des USA,  on vient  de déposer une demande de reconnaissance du CEDIAPEC dans l’Etat de New York. Nos activités entre le mois d’août 2016 à maintenant c’est d’abord la consolidation de la structure. Élargir la base d’adhérents, organiser structurellement la structure, asseoir une base juridique, lancer une campagne d’information au niveau de New York, auprès de tout les Burkinabè.

Au Burkina Faso nous avons déjà rencontré le président du Faso. On a déjà commencé la recherche des marchés pour nos entrepreneurs. C’est encore une entreprise naissante mais de la façon dont elle grandit, d’ici un an, quand on fera le point  on verra qu’on a beaucoup avancé.am

Propos recueillis par Jules César KABORE

Lesaffairesbf