Conlusions du Forum national sur la migration et le développement, les 06 et 07 avril 2017, à Ouagadougou

Les conclusions à l'issue du Forum national sur la migration et le développement

 

  1. INTRODUCTION

Organisé par le Ministère de l’économie, des finances et du développement (MINEFID) avec l’appui financier de la Coopération suisse, le  forum national sur la migration et le développement s’est tenu les 06 et 07 avril 2017 à Ouagadougou dans la salle de conférence de Ouaga 2000 autour du thème central: « développement économique et social du Burkina Faso : quelles contributions de la diaspora ? ».

Ce forum avait pour objectif global est de susciter une réflexion proactive et la mobilisation agissante autour de la contribution des Burkinabè vivant à l’étranger au développement économique et social  en lien avec la transformation structurelle socio-économique du pays.

Plus de deux cents (200) participants, dont plusieurs Burkinabè de la diaspora venus de neuf (09) pays du monde ont participé au forum.

 

  1. LES THEMES TRAITES

Le forum a été une opportunité pour tous les acteurs du développement de mener des réflexions fructueuses pour améliorer la contribution de la diaspora au développement économique et social du pays. La thématique a été traitée au cours de trois sessions en plénière et de quatre sessions parallèles.

La première session plénière a porté sur le thème « développement économique et social du Burkina Faso : opportunité et créneaux d’investissements pour la diaspora ». Cette session a passé en revue les opportunités d’investissements au Burkina Faso, le Plan national de développement économique et social (PNDES) et le cas de Bagré Pôle.

La deuxième session plénière a traité du « bilan des politiques mises en œuvre depuis 1960 et perspectives pour une gestion efficace de la migration au Burkina Faso »

La troisième session plénière a présenté la stratégie nationale de migration et son plan d’actions.

Outre les sessions plénières, quatre sessions parallèles ont été tenues sur les thématiques suivantes :

  • transfert de fonds et autres ressources de la diaspora burkinabé : comment augmenter leur volume et leur impact sur le développement ;
  • panorama de l’émigration des Burkinabé : l’émigration d’hier, d’aujourd’hui et perspectives ;
  • gestion des migrants de retour : état des lieux et perspectives ;
  • contribution de la diaspora au développement du Burkina Faso : cas de la région du Centre-Est.

A l’issue des différentes présentations, les participants ont eu des échanges fructueux qui ont abouti à la formulation de plusieurs recommandations.

 

  • LES RECOMMANDATIONS

Nous, participants au Forum National sur Migration et le Développement, tenu les 06 et 07 avril 2017 à Ouagadougou dans la Salle de Conférence de Ouaga 2000 autour du thème : « Développement économique et social du Burkina Faso : quelles contributions de la diaspora ? » :

  • saluons l’Etat burkinabè à travers le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement pour l'organisation du présent forum,
  • saluons l’effort consenti par l’Etat burkinabè depuis quelques années pour faire de la diaspora un levier essentiel de son développement économique et social,
  • saluons le comité d’organisation pour les efforts consentis pour la bonne organisation du forum,
  • saluons nos frères et sœurs de la diaspora qui, malgré leur calendrier chargé ont répondu à cet appel pour encore pousser la réflexion sur la contribution de la diaspora au développement du Burkina Faso,
  • saluons particulièrement ceux qui sont venus au présent forum en se prenant en charge,
  • remercions le Tocsin pour les efforts et le contact maintenu avec la diaspora.

A l’issue des travaux, nous, participants au forum, formulons les recommandations suivantes :

  • A l’endroit du Comité d’organisation :
  • soumettre les documents du forum aux participants dans un délai raisonnable avant l’événement ;
  • consacrer plus de temps aux échanges pour le partage d’expérience,

 

  • A l’endroit de l’Etat :
  • mettre en place un fonds dédié aux migrants ;
  • trouver des mécanismes pour organiser la diaspora burkinabé ;
  • créer un guichet unique pour faciliter les investissements de la diaspora au Burkina Faso ;
  • créer une maison de la diaspora regroupant des compétences multisectorielles utiles pour un appui-conseil aux investisseurs de la diaspora,
  • encourager et soutenir les études sur les migrations des Burkinabè et de la diaspora ;
  • dresser une situation exacte de la diaspora burkinabé (estimation, profil, etc.),
  • prendre des mesures pour un meilleur accès aux logements sociaux et aux terres aménagées ;
  • effectuer des missions pour rencontrer la diaspora pour présenter les opportunités d’investissements ;
  • mise en place d’une structure faitière de la diaspora siégeant au Burkina Faso et collaborant avec les Organisations de Société Civile (O.S.C.) et les structures étatiques ;
  • créer un fonds de garantie de la diaspora afin de faciliter leur investissement au Burkina Faso,
  • relire les textes règlementaires pour une reconnaissance des associations de la diaspora par l’Etat burkinabé
  • mettre en place un mécanisme visant à inciter les établissements financiers à traiter de façon particulière les fonds transférer par les migrants ;
  • assurer une meilleure protection des Burkinabè de l’extérieur ;
  • accompagner la diaspora pour la restitution des conclusions du présent forum dans leur pays d’accueil ;
  • institutionnaliser le Forum National sur Migration et le Développement.
  • A l’endroit de la diaspora :
  • s’immatriculer dans les structures consulaires des pays d’accueil,
  • respecter les textes et les lois des pays d’accueil,
  • sécuriser leurs ressources en les investissant au Burkina Faso,
  • développer l’esprit de solidarité entre membres de la diaspora,
  • dupliquer les bonnes expériences de progrès économique, social et culturel vécues dans les pays d’accueil dans leur pays d’origine,
  • s’inspirer des expériences réussies dans une diaspora pour les dupliquer ailleurs (Quick Cash)

 

                                                                    Ouagadoudou, le 7 avril 2017