Compte rendu de l'atelier d'appropriation de la Stratégie Nationale de Migration.

Le jeudi 09 septembre 2017 à Ouagadougou, un atelier d’appropriation de la Stratégie Nationale de Migration (SNMig) et de son Plan d’Action a été organisé au bénéfice des acteurs intervenant dans le domaine de la migration au Burkina Faso.

L’atelier a été un cadre d’échanges pour une meilleure appropriation des documents ci-dessous cités mais également pour l’élaboration du Plan de travail 2018 de la SNMig.

L’atelier qui a été organisé par la Direction Générale de l’Économie et de la Planification (DGEP) du Ministère chargé des Finances, a été présidé par Monsieur le Directeur des Politiques des Populations en l’absence du Secrétaire Général du Ministère, empêché.

Le présent compte rendu porte sur le déroulement des travaux de même que sur quelques observations et suggestions.

 

  • Déroulement des travaux

Il a porté sur deux points à savoir les présentations de la SNMig et de son Plan d’ Action et aussi du projet de plan de travail 2018.

1-1-Présentation de la SNMig et de son Plan d’Action

S’agissant de la présentation de la SNMig et de son Plan d’Action, le Directeur des Politiques de Population est revenu sur son processus d’élaboration, qui a débuté en 2002. Il a certes été long, mais cela a permis d’avoir un document de qualité.

Par ailleurs, il a insisté sur le contexte et la justification de la SNMig. En effet, les migrations interne et internationale sont des réalités au Burkina Faso. Elles ont contribué à structurer notre société. Dans un tel contexte, il était opportun de mettre en place une stratégie qui est un document de référence en matière de migration au profit de l’ensemble des acteurs.

En outre, il a insisté sur les fondements de la SNMig. En effet au plan international comme au plan national, la SNMig tire son existence de l’ensemble des textes auxquels notre pays est partie.

Le présentateur a conclu son intervention sur la vision de la stratégie qui porte entre autres sur la protection et la garantie des droits des migrants, sur la contribution des migrants au développement du Burkina Faso.

 

1-2- Examen du projet de plan de travail

Les échanges ont porté sur les (05) axes stratégies qui structurent la SNMig. Il s’agit :

  • Axe 1 : Renforcement de la complémentarité entre villes et campagnes et entre les différentes régions ;
  • Axe 2 : Protection et garantie des droits des migrants ;
  • Axe 3 : Migrations internationales et réduction de la pauvreté ;
  • Axe 4 : Réalisation d’études et recherches sur les migrations ;
  • Axe 5 : Renforcement des capacités nationales de coordination des questions de migration.

Le montant global pour la réalisation de la SNMig à l’horizon 2025 est de 10.291.226.254 F CFA.

En ce qui concerne l’année 2018, le montant total s’élève à 781.698.415 F CFA. Les sources de financement sont l’État, les Partenaires Techniques et Financiers, les Collectivités Locales et la Société Civile.

Au cours des interventions, les participants ont pu apprécier la pertinence des activités qui ont été programmées et les résultats attendus.  Chacun en ce qui le concerne s’est engagé à réaliser les activités dévolues à sa structure, toute chose qui contribuera à la mise en œuvre effective de la SNMig.

  • Observation et suggestions

L’atelier a permis aux participants de s’approprier les grandes orientations de la SNMig et de son Plan d’Action.

Les participants ont pu identifier les activités qui seront inscrites dans le plan de travail 2018 de la SNMig.

Par ailleurs, il sera mis en place un cadre d’échanges entre les différents acteurs clés chargés de la gestion des migrations au Burkina Faso.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la SNMig, le SP/CSBE est responsable de l’actualisation et de la reproduction de 1.000 exemplaires du Guide des Burkinabè de l’étranger. Il faut souligner que le Guide existe déjà sur le site web de la diaspora.

Mais, jusqu’à présent il n’existe pas de programmation financière pour la reproduction du Guide dans la mesure où, les représentants du SP/CSBE aux différentes réunions n’ont jamais fait une proposition dans ce sens. La programmation serait une bonne chose pour le SP/CSBE.

Si la programmation financière est faite mais au cas où la structure ne serait pas en mesure d’exécuter l’activité, le Comité de coordination de la SNMig a pris l’engagement de solliciter l’appui des partenaires.

GUIGUENDE MOUMINI