Le Burkina Faso a pris activement part à la cinquième Conférence ministérielle euro-africaine sur le Processus de Rabat.

Le Burkina Faso va désormais présider le Comité de Pilotage du Processus de Rabat au terme de la Conférence ministérielle du Processus de Rabat qui s'est tenue le 2 mai 2018 à Marrakech. C'est un honneur pour notre pays, tout en prenant la pleine mesure de l’ampleur de la tâche. Le Burkina Faso ne ménagera aucun effort dans l’exécution de cette mission. 

Pays concerné par les routes migratoires en Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso prône et plaide pour le renforcement de la coopération internationale en matière de migration. Le Processus de Rabat est un cadre idéal pour des échanges fructueux sur les défis et les opportunités de la question migratoire.

Ces échanges doivent nous permettre notamment de relever les défis que pose la migration, et surtout de saisir les opportunités qu’elle offre en tant que facteur de développement et de rapprochement entre les peuples.

Nul n’ignore en effet que les mouvements des populations sont un phénomène universel historique, qui a toujours ponctué la vie des sociétés humaines, et participé au renforcement de la connaissance entre les peuples, de leur intégration, elles-mêmes facteurs de paix et de stabilité.

Nul n’ignore non plus que la migration est devenue un enjeu majeur de développement, qui plus est dans un contexte où les technologies de l’information et le développement des moyens de transport ont réduit les distances entre les pays et les continents, tout comme les coûts des déplacements, entraînant ainsi l’intensification des mouvements et des flux migratoires. 

La pleine conscience de ces enjeux a conduit le Gouvernement burkinabè à adopter en 2017, la Stratégie nationale de migration, qui vise à faire du Burkina Faso à l’horizon 2025 un pays qui assure la protection et la garantie effective des droits des migrants pour une contribution optimale à la réduction de la pauvreté, à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale, à la promotion de l’intégration régionale et de la coopération internationale.

La déclaration du Burkina a été prononcée par Monsieur le Ministre en charge des Burkinabè de l'Extérieur qui avait à ses cotés le Ministre de la Sécurité et une équipe des experts burkinabè.